A paraître

0595LEO-AB-LCAF-1DC

Paru le:  31-10-2022

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-206-9

Ean:  9782363922069

Prix:  22 €

Caractéristiques: 
208 pages

Genre:  Littérature générale

Thème:  Litterature

Thèmes associés: 

0595LEO-AB-LCAF-4DC

La Comtesse aux fœtus

Serait-il possible qu’à la suite du traumatisme lié à « une expérience de mort imminente », un patient plongé dans le coma puisse, à son retour à la pleine conscience, se prétendre la victime de tant de personnes différentes ?

Alain-BODART-NB

Né en 1948, à Liège en Belgique, Alain Bodart n’exercera jamais son métier d’instituteur sauf pendant deux ans en Algérie. Là, en tant qu’objecteur de conscience, il participe à un programme de coopération. De retour en Belgique, à 22 ans, il décide de cultiver son sens commercial et devient représentant. En 1984, fort de ses expériences, il crée son entreprise. Celle-ci rayonne très vite à l’international, mais en 1996, un AVC bouleverse sa vie et celle de ses 70 collaborateurs. Lui dont la vie n’a tenu qu’à un fil ose avec cette Comtesse sortie de son imagination, une histoire qui, étayée par des faits divers, risque de choquer. Il s’en explique dans une « Note de l’auteur » à découvrir avant lecture.

Désiré Duculot, infirmier en chef d’une maison de repos devient, bien malgré lui, détenteur de secrets si longtemps gardés par une de ses pensionnaires : Lisbeth Castel de Mont le Soie. Ses allures de « grande dame condescendante » liée par une lointaine filiation à Léopold II, roi des Belges, lui ont valu ce surnom de Comtesse auquel elle tient. Elle connaît bien l’histoire de sa région, ses petits et grands mystères pas toujours avouables bien enfouis dans la mémoire collective. D’abord curieux, Désiré use de stratagèmes pour enquêter ; les faits, bien que prescrits, attestent du « silence assourdissant » d’une époque où les dérives de la haute société, des politiciens et du clergé sont monnaie courante. L’irrévérencieuse Comtesse, en aurait-elle profité pour son enrichissement personnel ?

Mon métier ne me prédisposait pas à rencontrer un tueur en série. Étant tenu au secret professionnel, je me suis en premier lieu confié à un carnet sur lequel j’ai apposé une étiquette : délithèque.
À la première page, j’ai noté :
« Rechercher informations sur EMI ».
Serait-il possible qu’à la suite du traumatisme lié à « une expérience de mort imminente », un patient plongé dans le coma puisse, à son retour à la pleine conscience, se prétendre la victime de tant de personnes différentes ?

A paraîtreFrédéric Bruant-Reacken