Sciences politiques

228leo-rr-lppf1dcqs.jpg

Paru le:  30-05-2015

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-132-1

Ean:  9782363921321

Prix:  20 €

Caractéristiques: 
211 pages

Genre:  Essai

Thème:  Sciences politiques

Thèmes associés: 

Préface :
http://www.paradigmeconseil.com/19-le-progres-point-final.html?search_query=redeker&results=1

228leo-rr-lppf4dcqs.jpg

Le Progrès ? Point Final.

 Le concept de progrès aujourd’hui ne se prononce plus que dans une ambiance crépusculaire.

228leo-rr-lppf-photo-rredekeras.jpg

Robert Redeker est né le 27 mai 1954 à Lescure dans l’Ariège. Professeur agrégé de philosophie, il est écrivain, membre du comité de rédaction de la revue Les Temps modernes, du comité scientifique du CALS, du comité de rédaction de la revue Des Lois et des Hommes et chroniqueur sur iPhilo.

Qu’est-ce qui a changé, entre l’entrée dans le XXème siècle et l’entrée dans le XXIème siècle? L’enthousiasme fidéiste dans le progrès s’est évaporé. 1904 -1905: on croyait au progrès – continuant un fétichisme déjà bien installé – on lui chantait des hymnes, on lui tressait des louanges, tout avenir paraissait, du fait de ce progrès, radieux. Que cet avenir fût industriel, scientifique, technique, humain, politique, artistique, un même leitmotive occupait toute la place: l’avenir ne pouvait qu’être meilleur que le passé ! La longue guerre 1914-1989 , qui ne pouvait s’achever qu’avec la défaite du dernier des trois monstres, le communisme, après le fascisme et le nazisme, était alors encore devant une Europe que l’ivresse du progrès aveuglait quant à ce sinistre avenir.

La religion du progrès – le progrès étant le second Occident, la seconde universalisation de l’Occident après le christianisme – est morte. Plus personne ne croit au Progrès, qui a pris il y a deux siècles la succession de Dieu comme objet de foi collective. Le progrès est la croyance en un accomplissent de l’humanité dans l’histoire selon une fin donnée d’avance (le bien, le vrai, le juste). Cet accomplissement est supposé avec le bonheur et la perfection de l’humanité. C’est pourquoi le progrès peut être tenu pour l’opium de l’histoire : l’idée qui occulte la réalité tout en faisant rêver, comme dans les projets de paix perpétuelle, à une illusoire et réconfortante réconciliation finale de l’humanité avec elle-même. Cette dissection du cadavre du progrès passe, en toute logique, par la radiographie des annexes du progrès : l’utopie, le totalitarisme. Comment le progrès, ce catéchisme de la raison, a-t-il pu, à la semblance du sommeil de la raison, engendrer des monstres ? La question de l’éclosion puis du trépas du progrès est en effet aussi une question politique. La société contemporaine est aux prises avec les produits de la décomposition du progrès. L’auteur de ce livre retrace la généalogie de cette foi dans le progrès, inspecte les causes de son trépas, dessine les traits d’un monde post-progressiste. Pour y parvenir, il convoque la philosophie, l’art, la sociologie et la théologie.