Philosophie

0512LEO-CO-AAP-1DC

Paru le:  30-10-2020

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-420-9

Ean:  9782363924209

Prix:  22 €

Caractéristiques: 
280 pages

Genre:  Sciences Humaines

Thème:  Philosophie

Thèmes associés: 

0512LEO-CO-AAP-4DC

Si haute soit la montage, on y trouve toujours un sentier…

Apprendre à philosopher

Les Lumières qui fondent le sens de la civilisation européenne contemporaine sont en berne

claude-obadia-nb

"Agrégé de philosophie, Claude Obadia enseigne à l’Université de Paris-Cergy, à l’ISC Paris et dans le Second degré. Auteur en 2011 d’un essai intitulé Les Lumières en berne. Réflexions sur un présent en mal d’avenir et, en 2013, d’un ouvrage consacré à Kant et préfacé par Alexis Philonenko, Kant prophète? Éléments pour une europhilosophie, il consacre ses recherches aux sources métaphysiques et religieuses des idées politiques modernes."

Dans un texte publié de son vivant, La Logique2, le philosophe Emmanuel Kant explique qu’à proprement parler il est impossible d’apprendre la philosophie3. En effet, si la raison, en tant que faculté de l’esprit, est bien cette «tendance à l’inconditionné», c’est-à-dire la faculté, dans l’observation d’un phénomène donné, de se poser la question de savoir à quelle condition ce phénomène est possible, elle constitue par ailleurs une faculté dont le pouvoir est limité. Sur ce point, l’analyse approfondie développée par le philosophe de Königsberg est très claire. On peut connaître les phénomènes de la nature. On peut les expliquer et on peut le faire parce qu’on peut les percevoir au moyen des sens. Par conséquent, la physique, comme science des phénomènes de la nature, comme le manifeste à la fin du XVIIIe siècle le triomphe de la théorie newtonienne de l’attraction universelle », existe bien.

On pourra toujours gravir des montagnes. On n’y deviendra pas autonome si l’on ne prend jamais la tête de la cordée. Il en va de même en philosophie. Il faut lire Platon. Il faut méditer Spinoza et d’autres encore. Mais s’il faut d’abord marcher dans leurs pas, il faudra toujours sortir des sentiers battus de telle ou telle doctrine pour frayer soi-même un chemin qui, s’il ne nous mène pas au sommet de la montagne, nous hissera au meilleur de nous-mêmes. Et il faudra ainsi éviter deux écueils. Le premier est celui du dogmatisme. Le second consiste à croire qu’il suffit d’ignorer les doctrines pour faire acte de pensée. Piège redoutable qui revient à imaginer qu’il faut rejeter toute autorité, y compris celle qui se fonde dans la rectitude du jugement, pour accéder à la liberté. Par où l’on voit qu’apprendre à philosopher n’est rien moins qu’entrer à l’école de la vie. Il y faut de la prudence : le ravin du préjugé n’est jamais bien loin. Comme il y faut être humble tant il serait vain d’imaginer à chaque pas fouler une terre vierge de toute trace.

PhilosophieMaurice Elie