Philosophie

0268leo-na-leg1dcq400dpi.jpg

Paru le:  31-10-2015

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-172-7

Ean:  9782363921727

Prix:  12 €

Caractéristiques: 
140 pages

Genre:  Documents / Essais

Thème:  Philosophie

Thèmes associés: 

0268leo-na-leg4dcq.jpg

Lettre aux enfants gâtés

"Cette lettre aimerait aider ton esprit à s’ouvrir à la réflexion philosophique, à en faciliter l’accès, à en favoriser l’exercice."

photoabecassis-site.jpg

Nicole-Nikol Abécassis est agrégée et docteur en philosophie . Professeur de philosophie dans la Principauté de Monaco, elle est directrice de la collection L’Âge de raison aux Editions Ovadia et l’auteur de nombreux albums de philosophie réservés aux enfants.

Le fait que tu aies ce « livre-lettre » en main et que tu puisses au moins en envisager la lecture est déjà un signe qui peut laisser supposer que tu appartiens au lot des enfants que j’appelle « gâtés ». Ce n’est peut-être pas par toi-même que tu t’es porté vers lui. Qui, en effet, apprécie d’être traité d’enfant gâté ? Et pour autant, si tu t’es malgré tout procuré ce livre ou si un proche te l’a mis entre les mains, c’est bien, je le répète, que tu dois être gâté en un certain sens, car tu dois disposer probablement de ce dont finalement si peu d’êtres humains peuvent bénéficier sur cette planète, à savoir de temps libre, de temps véritablement libre, précisément, après avoir disposé de celui d’apprendre à lire, du temps de lire ce livre dont tu n’ignores pas le sous-titre, donc du temps pour t’arrêter sur le monde et sur toi-même afin de les mettre en question et d’en interroger le sens.

Le temps libre, le temps véritablement libre est d’abord celui qui n’est pas occupé par le travail.

Dans l’imaginaire, la philosophie, avant que l’on commence à la pratiquer sérieusement, fascine ou fait peur. Chacun se demande, en effet, si elle nécessite de se hisser sur des sommets quasi inaccessibles en rupture radicale avec le monde du commun, et par conséquent de se concentrer sur des questions complexes qui n’intéresseraient, sur le fond, que quelques extrémistes de la pensée.
Mais il en est d’autres pour qui, tout à l’opposé, philosopher serait une activité somme toute « à portée de main » : une sorte de « bavardage » que chacun saurait faire depuis

qu’il sait parler, à savoir exprimer ses opinions sur le monde. C’est ainsi que les jeunes qui entrent au lycée accueillent cette nouvelle matière avec une vision erronée qui risque de gâcher leur rencontre avec la philosophie.

 

PhilosophieL'école des savoirsLettre aux enfants gâtés