Essais littéraires

0647-JS-HBMC-1DC

Paru le:  30-11-2023

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-541-1

Ean:  9782363925411

Prix:  22 €

Caractéristiques: 
240 pages

Genre:  Essai

Thème:  Essais

Thèmes associés: 

0647-JS-HBMC-4DC

Hé! bonjour, Monsieur du Corbeau

Il m’agrée qu’il soit le plus intelligent des oiseaux ; il me plairait qu’il soit le plus intelligent des animaux. Eh bien, il l’est, je le décrète.

j.sarrochi-NB

Jean Sarocchi est agrégé de lettres classiques, Docteur d’Etat et philosophe, il a publié de nombreux ouvrages et articles notamment sur Albert Camus (Camus philosophe. L’enfant et la mort, Ovadia, 2013) ou Jean Giono (Giono de père en fils, Presses universitaires du Mirail, 1998)

La cause animale a été plaidée par certains frénétiques avec tant de hargne, tant de bêtise, que je me décide à produire sur la scène éditoriale le corbeau tel que je le découvre à travers la longue histoire de ses représentations et tel que moimême, hors idéologie, je me le représente. La notion de «droits» de l’animal est absurde. Elle ne serait admissible que si l’on pouvait lui assigner des devoirs. L’idée de faire de l’animal une «personne» est une autre absurdité (ou la même) qui ne peut germer que dans la confusion de cervelles chaotiques. Le corbeau est le plus «intelligent» des animaux. Il saurait compter jusqu’à douze…

Cet essai-roman dormait dans mon ordinateur depuis des siècles. Il s’est réveillé au bruit (au fracas) de l’antispécisme. La cause animale a été plaidée par certains frénétiques avec tant de hargne, tant de bêtise, que je me décide à produire sur la scène éditoriale le corbeau tel que je le découvre à travers la longue histoire de ses représentations et tel que moi-même, hors idéologie, je me le représente.
La notion de « droits » de l’animal est absurde. 

Essais littérairesRaphaël Mandin