CollectionsChroniques de l’entre-mondes
0411LEO-AG-RSG-1DC

Paru le:  30-03-2019

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-315-8

Ean:  9782363923158

Prix:  24 €

Caractéristiques: 
390 pages

Genre:  Cinéma

Thème:  Litterature

Thèmes associés: 

0411LEO-AG-RSG-4DC

Rendez-nous Sacha Guitry !

« Venir au nom du comité de libération, me priver de la mienne, quelle drôle de chose »

Antoine-Gavory-NB

Antoine Gavory, né en 1975, est journaliste et auteur d'une quinzaine d'ouvrages dont un Duetto‐Sacha Guitry , un livre d'art Arc‐en‐Sel dans les Marais Salantes de Guérande et plusieurs romans.

Ce 23 août 1944 l’ambiance est lourde au 18 de l’avenue Elysée-Reclus, tout autant par la canicule qui s’abat sur la France depuis une dizaine de jours que par les combats des parisiens qui, après quatre ans d’occupation, ont décidé de se révolter et capituleront dans quelques heures. Dans son bureau du rez-de-chaussée de son hôtel particulier dont les fenêtres donnent directement sur le Champs de Mars et la tour Eiffel Sacha Guitry s’est levé tard, comme à son habitude, a enfilé un pyjama large, dont le tissu léger le préserve de ses douloureux rhumatismes et ses pantoufles de crocodile vert.

«Antoine Gavory s’attaque ici à un vaste et paradoxal sujet, à un créateur de mots et d’images nommé Alexandre , en russe familier Sacha, fils d’un très grand comédien, Lucien Guitry. Sacha, acteur par raccroc, malgré une longue brouille, passa sa vie à chercher d’être digne de ce père.
Sa célébrité a nui à Sacha. Tout et son contraire ont été dits et écrits à son sujet. Étrillé par la critique élitiste, il fut adoré du public, qui pourtant se trompait sur lui. Il ne cessa de déconcerter, s’appropriant, par sa manière, un théâtre de boulevard fatigué, un cinéma souvent convenu, un jeu d’acteur qu’il transcenda en irritant, un style de vie «aristocratique» (l’aristocrate, c’est l’artiste). Polygame par déception – les femmes le quittent – et par besoin d’amour, Guitry fut, à sa manière, le plus féministe des artistes de son temps; ainsi nous le montre Antoine Gavory.
Il nous montre aussi comment on a voulu faire de Sacha Guitry un collaborateur, alors qu’il ne cessa d’œuvrer à la gloire de la culture française. Accusé d’intelligence avec l’ennemi, il répliqua: l’intelligence, «je crois en effet, n’en avoir pas manqué». Son nationalisme culturel lui fit inventer le cinéma de témoignage: grâce à lui, nous voyons en l’an 1915, se mouvoir et agir Rodin, Degas, Monet, Renoir le peintre et son fils Jean, Saint-Saens, l’ami Mirbeau, et la barbe d’Anatole, qui a pour patronyme le nom du pays aimé. Plus encore qu’à la création, immense, inégale, ponctuée de chefs-d’œuvre, parfois compromise par la facilité, Antoine Gavory s’attache à l’itinéraire, humain, moral, créatif, spirituel aux deux sens du mot, rendant ainsi compte et justice à un talent protéiforme, merveilleux et ambigu.»