CollectionsL'Age de Raison
0618LEO-VP-LM-1DC

Paru le:  20-05-2023

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-363925-12-1

Ean:  9782363925121

Prix:  20 €

Caractéristiques: 
172 pages

Genre:  Littérature

Thème:  Litterature

Thèmes associés: 

0618LEO-VP-LM-4DC

Le manoir

Le sens indique la direction vers laquelle il échoue

Vincent PUYMOYEN-NB

Vincent Puymoyen  est né en 1970 à La Rochelle et enseigne actuellement à Brest, sa ville d’adoption. La poésie pour lui résulte d’un choix irrévocable : celui du littoral, à la jointure des résistances granitiques de l’âme et des fluidités inattendues du corps. Le poète guette donc ces moments où se desserre l’étau du réel. Mallarmé ou les surréalistes restent ses figures tutélaires.

Ses projets actuels concernent actuellement le roman policier, et le réalisme magique, il travaille à un cycle de récits mettant en scène un enquêteur mené moins par sa rigueur professionnelle que les limbes de son inconscient.

« Entrez Gonzo, ah oui, vous vous rappelez, hein, la dernière fois, je vous avais conseillé de ne pas trop vous acharner sur les enquêtes, et même de ne pas impérativement à les résoudre car notre objectif est avant tout de satisfaire l’opinion, qui aime la fable, à nous donc d’écrire des pages nouvelles qui proposent une explication à peu près satisfaisante. Il s’agit en fait d’endormir leur sagacité, et après l’avoir endormie, souffler au-dessus de leurs grandes têtes creuses un récit crédible qui satisfasse également les juges. Vous vous rappelez ? Le « solipsisme convivial », hé hé, la superposition infinie de versions, de prélèvements, de sondes dans le réel, pour mettre à jour son déploiement ondulatoire ? Eh oui Gonzo. Regardez ! » A ce moment, il se tourna vers son électrophone, sortit un disque vinyle de sa pochette, et le posa sur l’électrophone. « Vous écoutez cette jolie musique, hein Gonzo ? » Il prit un air ému, compassé même, puis fit une épouvantable grimace avant de taper du poing sur son bureau. « Eh bien, c’est à vous maintenant de composer une nouvelle sonate, Gonzo ! mais luxueuse celle-là, bien ornée, avec des ostinatos et des trilles ! Après Le Carré parfait, Gonzo est chargé par son supérieur le commissaire Zifrin d’enquêter sur un nouveau meurtre. Dans une vieille famille décadente – et plutôt inquiétante – de la Bretagne bigoudine, une vieille femme, Adeline Delanutte, a été assassinée avec un pied de lampe. Tous les soupçons se portent vers ses deux fils, Alexandre et Alfred. Fidèle à sa méthode d’investigation, Gonzo, vite piégé par le huis clos névrotique du manoir, parviendra-t-il à trouver une issue à cette enquête ?

Le commissaire Zifrin avait convoqué l’inspecteur Gonzo, il l’attendait à Quimper. Gonzo s’y rendit, mais s’arrêta d’abord à Locronan pour visiter l’Église et la curieuse coutellerie touristique qui semble y prospérer. Les couteaux artisanaux étaient alignés dans la vitrine, et vues d’assez loin, ces lames étrangères ressemblaient sous le soleil à une rangée de baïonnettes menaçantes. Lorsqu’en sortant Gonzo emprunta le coude de la rue, il fut frappé par la largeur majestueuse du clocher, qui versait une ombre profonde sur la place. Enfin il reprit la route vers Quimper. Arrivé à destination, il gara sa voiture et passa sous un porche.