CollectionsLes carrefours de l'êtreLa philosophie survivaliste
0571LEO-PM-SLSDLV-1DC

Paru le:  20-05-2023

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-476-6

Ean:  9782363924766

Prix:  25 €

Caractéristiques: 
352 pages

Genre:  Philosophie

Thème:  Philosophie

Thèmes associés: 

0571LEO-PM-SSDLV-4DC

Sur le sentier de la veille

Penser avec Gabriel Marcel et Pierre Boutang

Il existe donc, d’une part, une surveillance d’hommes à hommes, mais aussi une «veille au neutre » où la vigilance de l’Homme lui échappe…

Paul Mercier est philosophe. Docteur en philosophie de l’Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca, ses recherches, portant principalement sur l’expérience de la veille, se nourrissent de la tradition philosophique et littéraire française comme de son enfance en Egypte et de sa vie en Roumanie.

La présente enquête invite le lecteur à un voyage palpitant au cœur de l’expérience de la veille. Il y découvrira que ce qu’on appelle d’ordinaire attention, veille et vigilance ont été ensevelies sous les mécanismes de la surveillance qui ont dépossédé l’être humain de sa Raison et de sa Vox Cordis. Comment nous délivrer de l’arraisonnement de la nature (Das Gestell) qui correspond au monde nihiliste ? Gabriel Marcel et Pierre Boutang nous proposent une réponse. Leur voie de veille revêtira le lecteur de la fustanelle mystérieuse et secrète du viator. Une fois embarqués pour un tel voyage, nous nous délivrerons de l’insomnie, du sentiment de captivité et du cauchemar spectaculaire. Veilleurs de lumière, affrontons le parcours de la Transcendance pour retrouver la trace analogique du Toi absolu! Aux détours de la veille individuelle, cosmique et intersubjective se dessinera un présent renouvelé et créateur fait de coulées obliques, où nous seront tous ensemble dans la Gloire à l’écoute de l’Orchestre du Monde.

Pourquoi une philosophie de la veille? Il semble que ce concept ait été oublié. En effet, en lieu et place de ce concept, on parle désormais de vigilance. La vigilance est même omniprésente dans notre vie quotidienne : pharmacovigilance, plan Vigipirate, vigilance météo, vigilance citoyenne, entre autres. On nous explique combien il serait judicieux de surveiller sa ligne, de se maintenir en bonne santé. (On nous exhorte désormais à la plus grande vigilance, on nous demande de signaler les contenus indésirables sur les réseaux sociaux, de faire preuve de prudence face à un colis suspect, de déclarer les effets indésirables des médicaments.) Or, ces occurrences de la vigilance ont davantage affaire à la surveillance. Vigilance et surveillance seraient apparentées. En serait-il autrement de la veille ?