CollectionsLe psychanalyste dans la cité
0426LEO-HM-CSM-1DC

Paru le:  30-06-2019

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-330-1

Ean:  9782363923301

Prix:  20 €

Caractéristiques: 
288 pages

Genre:  Philosophie

Thème:  Philosophie

Thèmes associés: 

0426LEO-HM-CSM-4DC

Critique de la société moderne

On vit dans une société moderne déchirée, racisante, séparée d’elle-même.

Hedi-Majri-NB

Hedi Majri est professeur de philosophie et docteur ès sciences politiques. Il a donné de nombreuses conférences et a publié plusieurs articles pour des quotidiens et revues de prestige, entre autres Le Monde, Le Nouvel Observateur et la revue Esprit. Critique de la société moderne est son troisième essai paru aux Éditions Ovadia.

Cela fait quarante ans que la société se débat paradoxalement entre la recherche de formes de modernité tout en voulant conserver la poursuite de son existence dans le temps. Aujourd’hui, elle est bloquée entre deux chaises et ne sait plus dans quel sens aller : celui de continuer dans la modernité ou celui de se contenter d’une existence trouble et de laisser le temps faire son œuvre. C’est pourquoi cette critique pose la question du sens de la société moderne.

«Quand une société se fracture et laisse une proportion non négligeable des siens sur le bord de la route, les privant des moyens de prendre leur part de l’évolution collective, nul ne saurait sérieusement prétendre à la modernité. N’est-ce pas le cas quand le profit guide seul les choix, que l’économie conduit à des orientations technologiques qui, certes, améliorent les conditions de travail, mais suppriment des emplois dont ceux qui les occupent n’ont plus que le chômage pour horizon? Alors les exigences financières, sous couvert d’une modernité propice aux hommes, condamnent plus encore qu’elles n’enrichissent dans une conception de la modernité qui l’oppose à l’humanité. Le problème est identique lorsque ces mêmes choix ruinent l’avenir commun, mettant en péril celui de notre planète. »

Eric de Montgolfier


Alors sont légitimées toutes les tentatives, tendant par la critique à raisonner la modernité à laquelle nous devrions résolument aspirer, à déceler dans chacune de ses manifestations ce qu’elle offre réellement d’avantages et d’inconvénients. Qui pourrait y parvenir sans s’exposer lui-même à la critique, privilégiant celle qui se fonde constamment sur la raison et, loin de la polémique, l’inscrit dans la distance ? Sans doute le philosophe y est-il mieux préparé que quiconque et l’on doit saluer Hedi Majri de s’y être ainsi risqué.