35-YS-Hitler-1DC

Paru le:  10-06-2009

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-915741-35-3

Ean:  9782915741353

Prix:  25 €

Caractéristiques: 
256 pages

Genre:  Sciences politiques

Thème:  Sciencespolitiques

Thèmes associés: 

35-YS-Hitler-4DC

Hitler

Une chimère de philosophe

« ...et nombre d’autres qui réunissaient, dit-on, en un seul corps des formes multiples »

Yves-Semeria-NB

Professeur de philosophie à l'Université de Nice Sophia-Antipolis. Docteur en biologie animale

Cette réflexion sur le phénomène Adolf Hitler met en lumière son goût pour le sublime, en accord avec la vision kantienne, sa qualité d'orateur, le pouvoir de sa parole, etc. Considérée comme une chimère mythologique, ou expression des pensées répugnantes d'une quantité d'humains, l'histoire de la pensée nazie est réinscrite dans le continuum de l'histoire des idées.

Mon intention : aborder le phénomène Adolf Hitler sous un angle un peu différent afin de renouveler le genre et sans qu'il s'agisse à proprement parler de philosophie de l'Histoire. Mettre en lumière son goût prononcé pour le sublime en plein accord avec la vision kantienne, sa qualité de parole hors du commun, le pouvoir extraordinaire de cette parole, son impact quasiment imparable, la coïncidence de certaines de ses pensées avec celles de certains philosophes. Je n'ai guère insisté explicitement sur son darwinisme primaire voyant dans la vie un âpre et impitoyable combat, avantageant immanquablement le plus fort. Mais je n'ai pu éviter que cela ne ressorte à tout moment de l'Histoire du IIIème Reich, parce qu'il y a là, comme un écho de la perception hegelienne de l'Histoire.
La seconde guerre mondiale n'est pas seulement une affaire militaire. Elle met en scène des millions de civils et des millions de victimes. La manière dont on les traita et dont on les élimina, avec méthode et acharnement, pose question au premier chef.
La Chimère parle, elle bat des ailes, mais elle possède aussi une gueule broyeuse de chair et d'os humains. Sa queue de scorpion ne frappe pas au hasard, elle le fait avec une terrible efficacité à court terme : bataille des Ardennes, liquidations des camps de concentration devant l'avance des troupes alliées etc.
Son ossature, qui doit sa compacité à une préparation philosophique séculaire, s'agence puissamment. Enfin, sa langue fourchue s'agite en tous sens créant de tenaces illusions et de perfides tromperies.
La chimère... Que dit le philosophe ? Entretient-il quelque rapport avec la Chimère ? On ne saurait l'accuser, à l'évidence, de propager des idées funestes, hostiles au perfectionnement et au bonheur de l'humanité. Mais le philosophe lui-même, en tant que tel, n'incarnerait-il, sans le savoir, un monstre ? Quelle parole développe-t-elle au fil des siècles, stimulatrice ou simulatrice ?... On peut retrouver Hitler chez la plupart des maîtres d'oeuvre de la pensée, d'une façon ou d'une autre et chaque philosophe, plus ou moins, en Hitler. Hitler, au cours de multiples millénaires, depuis les tréfonds des cerveaux les plus brillants, se lève, sans qu'il y ait jamais eu de concertation entre eux, sans qu'aucun d'eux ne prenne conscience de ce qui s'annonçait inéluctablement. Une complicité du hasard, seulement, d'aucuns diraient du destin...