CollectionsAu-delà des apparencesAu régal du Management
0246LEO-BR-ARM1dC-21-03-17

Paru le:  20-09-2017

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-149-9

Ean:  9782363921499

Prix:  16 €

Caractéristiques: 
140 pages

Genre: 

Thème:  Management, gestion et économie d’entreprise

Thèmes associés: 

0246LEO-BR-ARM4dC-21-03-17

Au régal du Management

Aux amants de la nostalgie, qui ne reviennent que pour mieux repartir.

B-Rappin

Maître de Conférences HDR à l’Université de Lorraine, plus précisément à l’Institut d’Administration des Entreprises de Metz où il dirige le Master Management des Ressources Humaines et Organisations. Il œuvre pour une pensée philosophique du management, ce dont témoigne sa participation à la fondation d’une Société de Philosophie des Sciences de Gestion (SPSG).

Inlassablement nous faut-il revenir à Platon et à ses inépuisables dialogues, comme l’on vient ressourcer sa mémoire auprès de la sagesse des Anciens pour faire jaillir l’avenir de la tradition, car l’anamnèse est toujours le chemin du retour, la longue et sinueuse route vers le sol natal et l’île perdue mais jamais oubliée, toujours conservée en quelque aire cérébrale comme un cap qui guide obsessionnellement les décisions du marin aventurier dans toutes les péripéties qu’il rencontre.

Quel pan de notre vie, aujourd’hui, ne se trouve pas aux prises avec le management ? Qui pourrait bien se targuer d’échapper à cette lame de fond qui bouleverse en profondeur les structures mentales de nos sociétés avancées ? Force est pourtant de constater le flou conceptuel qui entoure le management : son arrivée dans le langage courant a en effet pour corollaire d’en masquer le sens, y compris aux premiers intéressés, les managers et les managés. De ce point de vue, il s’avère opportun de reprendre la réflexion à la racine : le management est un projet technoscientifique, ses soubassements sont théologiques, sa portée est anthropologique et politique.

Que se passe-t-il alors quand le management pénètre des sphères qui lui étaient initialement étrangères ? Qu’arrive-t-il aux institutions quand l’optimisation du fonctionnement devient leur raison d’être ? Quels rapports le management entretient-il au Vrai (et à l’Université), au Bien (et à l’État) et au Beau (et à l’Art) ? Tels sont les enjeux de cet ouvrage qui, par le détour de la philosophie, n’hésite pas à hisser la réflexion sur le management à son véritable niveau : celui de la civilisation et de l’identité européennes en butte au nihilisme de la Technique.