CollectionsAu-delà des apparencesLe courage d’avoir peur
0312leo-ec-cap-1dcsite.jpg

Paru le:  21-11-2016

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-216-8

Ean:  9782363922168

Prix:  18 €

Caractéristiques: 
192 pages

Genre:  Essai

Thème:  Philosophie

Thèmes associés: 

0312leo-ec-cap-4dcsite.jpg

Le courage d’avoir peur

Réflexions sur le catastrophisme

une philosophie est née : un catastrophisme spécifique à notre temps, présentée parfois comme une forme critiquable d’idéologie du désastre.

0312leo-ec-cap-photonbs

Né en 1967, Eric Chevet est professeur agrégé de philosophie et enseigne actuellement au lycée Descartes à Rennes. Il est également chargé de cours à l’Ecole des hautes études de la santé publique (EHESP), ainsi qu’à l’Institut de préparation aux concours administratifs (IPAG) de l’Université de Rennes 1.

De nombreuses menaces mettent aujourd’hui en question l’avenir de l’humanité et l’apparition de « nouveaux risques » ne manque pas de produire des philosophies radicalement catastrophistes. Mais faut-il pour autant donner crédit à ces discours alarmistes faisant la promotion de la peur ? Si certains penseurs, comme Thomas Hobbes ou Emmanuel Kant, avaient jugé nécessaire, dès le début de l’époque moderne, de faire la critique des prophéties apocalyptiques de nature religieuse, faut-il encore condamner les visions du monde les plus effrayantes (écologique notamment), celles qui annoncent le pire, et procéder, une nouvelle fois, à une critique de la raison apocalyptique ? Certains penseurs catastrophistes, comme Hans Jonas, Günther Anders ou Jean-Pierre Dupuy, pour ne citer que les plus connus, sont en effet de sombres précurseurs. Mais leur philosophie ne convient-elle pas, justement, à « la société du risque », à un monde qui ne cesse d’accroitre ses zones dangereuses ?

Placée sur le banc des accusés, la culture occidentale se voit donc reprocher son « oubli » de la nature (voire même sa haine de la nature) , la perte de son sens des limites, sa négligence coup- able d’avoir provoqué « la ruine du monde naturel » . Nous voilà donc pris, comme l’écrivait George Steiner, « dans la toile d’araignée tendue et claquante de la catastrophe ». Cet ouvrage se donne alors pour objectif de revenir au contenu des philosophies catastrophistes contemporaines pour s’interroger sur la valeur, la légitimité et la rationalité de leur vision du monde… La philosophie peut-elle, sans se dénaturer, espérer se construire sur une « heuristique de la peur » ?