38-JFM-Camus&LaPenséeDeMidi-1DC

Paru le:  11-06-2008

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-915741-30-8

Ean:  9782915741308

Prix:  15 €

Caractéristiques: 
221 pages

Genre:  Essai

Thème:  Litterature

Thèmes associés: 

38-JFM-Camus&LaPenséeDeMidi-4DC

Albert Camus & la pensée de Midi

« Je n’ai jamais rien écrit qui ne se rattache, de près ou de loin, à la terre où je suis né ».

Membre de l'Institut universitaire de France et professeur émérite à l'université de Nice-Sophie Antipolis, il est l'auteur de nombreux ouvrages sur fa pensée grecque et sur le monde moderne. Derniers livres parus : L'Énigme de la pensée, Ovadia, 2006, et Le Regard vide. Essai sur l'épuisement de la culture européenne, Flammarion, 2007.

C’est le 17 octobre 1957 qu’Albert Camus obtint le prix Nobel de littérature, à l’âge de 44 ans ; il était le plus jeune lauréat après Rudyard Kipling en 1907. L’Académie suédoise salua à cette occasion « l’ensemble d’une œuvre qui met en lumière les problèmes se posant de nos jours à la conscience des hommes ». Cette consécration fut une épreuve douloureuse pour Camus au point que, en plein doute sur sa création littéraire, il dit être saisi d’« une sorte de panique » et faillit refuser le prix. Sartre, avec l’élégance qui l’habitait, eut ce mot cruel : « C’est bien fait ! », et les intellectuels parisiens firent la fine bouche – « ce qu’ils n’aimaient pas en lui, c’était l’Algérien » écrira Camus1 – alors que toute l’Europe, surtout celle des dissidents de l’Est, célébrait l’auteur de L’Homme révolté.

Lorsque Albert Camus reçut le Prix Nobel de Littérature en 1957, il remercia l'Académie suédoise d'avoir distingué « un Français d'Algérie » et précisa l'orientation de son oeuvre : « Je n'ai jamais rien écrit qui ne se rattache, de près ou de loin, à la terre où je suis né. C'est à elle, et a son malheur, que vont toutes mes pensées ». Pour saluer le cinquantième anniversaire de ce Prix, des écrivains et des universitaires nés en Algérie étudient ce rapport à la terre natale qui conduisit Camus à affirmer qu'il préférait sa mère à la justice.
Gérard Crespo, Jean-Pierre Ivaldi, Évelyne Joyaux, Christian Lapeyre, Louis Martinez, Jean-François Mattéi, Frédéric Musso et Jean Sarocchi envisagent la manière dont la pensée d Midi a ouvert les portes d'un royaume « nourri de ciel et de mer, devant la Méditerranée fumant sous le soleil ». Si l'enfant de Belcourt est resté un étranger dans son exil parisien comme sur son propre sol, Camus a pourtant réussi, dans sa fidélité à sa terre et à son enfance, à restaurer, face à la « tendre indifférence du monde », l'héroïsme du Premier homme.