CollectionsNouvelles de l'effacement
170-jb-ne-1dcq-400dpi.jpg

Paru le:  31-10-2015

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-173-4

Ean:  9782363921734

Prix:  20 €

Caractéristiques: 
204 pages

Genre:  Littérature française

Thème:  Littérature générale

Thèmes associés: 

170-jb-ne-4dcq.jpg

Nouvelles de l'effacement

"Le mot effacement m’a personnellement toujours intrigué. Il n’a pas l’évidence, la radicalité de synonymes supposés comme « disparition » ou « dest

jeanbensimon-nb.jpg

Né en Algérie il vit dans le Val-d’Oise. Malgré la publication d’un roman, il préfère s’exprimer par la nouvelle, qu’il considère comme ungenre majeur. Il en aime la rapidité, représentative du monde moderne, l’exigence, ennemie de l’àpeu-près, l’allusion et l’ellipse ennemies du délayage. 

"En rentrant du travail, je trouve ce message déposé sur la table de la salle de séjour avec les clés de l’appartement et un chèque. Je le lis. Lettres de grande taille, irrégulières, aux jambages fermes, aux boucles amples, les barres partant vers le haut, et pour finir un paraphe grandiose. Je relis. Qu’est-ce qu’elle me balance ! Elle en fait des tonnes et avec des coups bas. Sa décision ne me surprend pourtant pas beaucoup, simplement la rupture intervient plus tôt que je le prévoyais. "

"Le mot effacement m’a personnellement toujours intrigué. Il n’a pas l’évidence, la radicalité de synonymes supposés comme « disparition » ou « destruction », mais quelque chose de feutré, de discret à l’image du frottement de la gomme sur le papier, du battement d’ailes qui s’éloigne. Tout en retenue, il se situe à l’opposé de l’excès et de l’exubérance — la double consonne ff contribue sans doute à cette impression de fluidité, et qu’elle soit qualifiée de sourde par les linguistes ajoute à son mystère. Enfin, le mot peut caractériser une action en cours d’accomplissement, comme un souvenir qui glisse lentement dans l’oubli… Aussi ai-je tenté, à travers quinze nouvelles, de décliner ses différents sens, ou plutôt d’exprimer ce qu’ils me suggèrent. Des silhouettes blafardes y évoluent : un personnage est si peu affirmé qu’il frôle l’inexistence sociale. Un autre veut se débarrasser des masques qui, selon lui, oblitèrent la vérité de l’être. Un troisième va plus loin et se lance à la recherche d’un pays effacé de la carte…Bref, nous découvrons divers caractères à la fois décalés et profondément semblables à nous-mêmes, diverses situations où, en voie d’effacement, nous n’existons plus guère dans le regard d’autrui ou le nôtre ! L’humour voudrait en tempérer la gravité. "