Nouveautés

0416LEO-JDC-MEN-1DC

Paru le:  30-03-2019

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-320-2

Ean:  9782363923202

Prix:  22 €

Caractéristiques: 
276 pages

Genre:  Histoire

Thème:  Histoire

Thèmes associés: 

0416LEO-JDC-MEN-4DC

Moi et Napoléon !

La mort de l’aigle est proche et avec elle s’éteindra le météore révolutionnaire qui a éclairé le monde pendant vingt-cinq ans donnant à la France la plus belle période de gloire et de richesse de son histoire.

JDC-NB

Jacques di Costanzo est docteur en médecine, docteur en sciences, médecin des hôpitaux et directeur de recherche en chirurgie expérimentale ; il est également président de l’Association Préhistoire, Epistémologie, Philosophie et médecin-en-chef des armées (R) ; il a exercé les fonctions d’Administrateur du Rotary International de 2012 à 2014 ; Il est Président de la Société Napoléonienne de Marseille.

On peut ne pas aimer Napoléon mais il faut recon­naitre que peu d’hommes ont marqué non seulement leur époque mais aussi le cours de l’histoire comme lui. Homme d’exception Napoléon excella et innova dans de nombreux domaines ; il fut effectivement le premier « self made man » et un grand communiquant ; le stra­tège militaire et politique qui égala Alexandre, César et Hannibal et le premier vrai chef d’Etat Européen. On doit au Premier Consul, puis à l’Empereur révolution­naire qui mit fin aux excès de la Révolution tout en conservant ses acquis, la modernisation de la France et de l’Europe. Reconnaissant le talent là où il se trouvait Napoléon parviendra à fusionner les élites de la société en permettant le retour des émigrés et leur incorpo­ration, sans distinction d’origine, dans l’armée, au Conseil d’Etat, dans les écoles militaires et les préfec­tures.

Dix-huit juin 1815 Napoléon, vaincu à Waterloo par la coalition, se rend en victime expiatoire à l’Angleterre son pire ennemi qui lui laisse entrevoir une hospitalité digne de son rang sur son propre territoire. Mais, reniant sa parole, la « perfide Albion » condamne l’Empereur déchu à l’exil sur une petite île perdue au milieu de l’Atlantique sud : Sainte- Hélène. Entouré d’une cour réduite composée de ses plus fidèles généraux, de leurs épouses et de ses valets qui l’ont accompagné, Napoléon vit en reclus, à Longwood une bâtisse, aménagée pour la circonstance, située au centre de l’île sur un plateau battu par les vents. Hudson Lowe, son geôlier mandé par l’Angleterre, exerce, selon les instructions du gouvernement Anglais, une surveillance de tous les instants sur son prisonnier.
Jacques di Costanzo relate, au jour le jour, la vie de l’Empereur déchu et les relations parfois conflictuelles qui s’établissent avec sa petite cour ainsi que les intrigues qui se nouent autour de lui pour s’approprier ses faveurs. L’auteur décrit également les relations tendues avec Hudson Lowe, intraitable dans l’application stricte des ordres reçus par le gouvernement britannique. En fin stratège, profitant des circonstances, et se sachant condamné à finir ses jours sur l’île, Napoléon exploite la situation en se posant en martyre, forgeant ainsi sa légende pour la postérité. Mais la santé de l’Empereur se dégrade progressivement, malgré le suivi et les soins de ses médecins successifs, jusqu’à sa mort survenue le 5 mai 1821 à 17h49 après que, sorti de son inconscience, il se fût écrié : « tête de l’armée ». Vingt ans après, le retour des cendres de Sainte-Hélène donna lieu à de grandioses retrouvailles entre l’Empereur et son peuple qui ne l’avait pas oublié. Napoléon repose désormais « sur les bords de la Seine, près de ce peuple Français (qu’il a) tant aimé ».

NouveautésAntoine Gavory