A paraître

0465LEO-GBP-EEL-1DC

Paru le:  30-10-2020

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-369-1

Ean:  9782363923691

Prix:  16 €

Caractéristiques: 
160 pages

Genre:  Sciences Humaines et Sociales, Lettres

Thème:  Scienceshumaines

Thèmes associés: 

0465leo-gbp-eel-4dc.jpg

Esprit es-tu encore là ?

Le désir lui-même échappe alors à ses objets fétiches ou phobiques.

Georges-botet-NB

Doctorat de psychologie en 1981 (approche opératoire, psychopathologique et psychanalytique des processus cognitifs). Psychologue puis Directeur d’établissements spécialisés. Président honoraire de l’Institut Psychanalyse et Management. Membre associé de l’Association Européenne de Psychanalyse Nicolas Abraham et Maria Torok. Auteur d’ouvrages et d’articles sur la position de l’individu, souvent seul, face aux transformations sociales actuelles du professionnel et de l’intime.

Voici ce nouvel espace philosophique à la mesure des temps post-modernes surhumains qu’il va nous falloir découvrir et construire. Gaston Berger disait qu’il allait se passer enfin quelque chose de nouveau depuis le néolithique. Il faut le citer dans toute sa puissance prémonitoire:
«Nous avons à vivre non point dans un monde nouveau dont il serait possible au moins de faire la description, mais dans un monde mobile, c’est-à-dire que le concept d’adaptation doit être généralisé pour rester applicable à nos sociétés en accélération. Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu’à inventer.»

Comment définir l’esprit ? Il se définit lui-même en échappant aux emprises de la routine et du convenu. Au-delà du calcul il vise au rêve et à la poésie. Il inspire peinture, musique et architecture. Toute quête sait lui devenir aventure. Les peintures rupestres, les sculptures sur l’os ou la pierre et les sépultures signifiaient déjà son souci de continuité symbolique il y a plus de cinquante mille ans. L’esprit ouvre à la tolérance et au partage de l’état humain, souvent douloureux, qui est désordre incessant et imprévisible.
Mais voici l’objet idolâtré qui aujourd’hui nous accapare, la richesse qui nous fascine, les impatiences d’avoir et les craintes de perdre. Voici l’aliénation aux idées d’éternité et de toute puissance. Voici la mondialisation en expansion folle. Voici l’obsession de règlements et de normes. Voici les écrans qui accaparent nos espaces imaginaires.

A paraîtrePauline Guedj