A paraître

0381LEO-JPC-LGB-1DC

Paru le:  14-12-2018

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-285-4

Ean:  9782363922854

Prix:  20 €

Caractéristiques: 
252 pages

Genre: 

Thème:  Litterature

Thèmes associés: 

0381LEO-JPC-LGB-4DC

Le grand bateau

On ne part pas, reprenons les chemins d’ici.

photo-jpaul-nb.jpg

Jean Paul Croizé a été grand reporter et chroniqueur scientifque au Figaro où il a effectué toute sa carrière journalistique.
Auteur de plusieurs ouvrages à caractère politique ou scientifque, passionné par la psychologie et l’étude des sentiments humains dans ce qu’ils ont de plus profond, il s’est tourné vers l’écriture de romans pour analyser ceux-ci. Il a déjà publié quatre ouvrages dans ce but aux éditions Ovadia.

Comme presque tous les matins depuis qu’il habite son bateau, Paul a été réveillé par des bruits de pas sur le roof. Mouette ou goéland ? Impossible de le savoir. Peut-être un goéland, car les chocs sur le toit du carré étaient forts, comme apportés par un gros oiseau. Donc par un goéland, puisque les mouettes sont plus fines.
Il aime cette sensation douillette d’être bien à l’abri dans la cabine avant, sous la couette toute chaude dont il n’a pas envie de sortir. Il est trop bien encore dans ce demi-sommeil, alors qu’il sait qu’il va falloir de nouveau affronter bien des choses négatives aujourd’hui. Il va encore beaucoup réfléchir à l’avenir.

Le héros, jeune écrivain à succès, souffre de la solitude que lui apporte une existence parisienne trop artifcielle, jusqu’à ce qu’il rencontre une jeune femme qui lui donne l’envie de partager sa vie. Mais cete dernière n’est pas réellement libre. Lorsqu’il s’en aperçoit, il cherche refuge à Cherbourg, ville de son enfance, où il retrouve à la fois l’apaisement apporté par la mer, et la tendresse sensuelle d’un amour de jeunesse qu’il n’a pas complètement oublié.
Dès lors, il hésite entre les sentiments qu’il porte à l’une et à l’autre, en souffrant de pas parvenir à choisir entre une passion parisienne qui le fera certainement souffrir, où un bonheur peut-être trop paisible qu’il trouverait à Cherbourg.
Seule solution à ses yeux, opter pour le grand bateau avec lequel il lèvera l’ancre pour un tour du monde en solitaire, le temps de faire le point, ou d’oublier.
A moins qu’un de ces deux amours parvienne fnalement à devenir le seul, le vrai.